Certains groupements spirituels actuels se réfèrent à des connaissances religieuses anciennes et reprennent à leur compte les dogmes, rituels et techniques revisités des religions venues pour la plupart de l'Orient. Notamment les courants ésotériques de l'Hindouisme, du Bouddhisme (qui n'est pas le Lamaïsme), de la Kabbale des Hébreux ou du Tao du pays des fils du Ciel. Ainsi ils viennent solliciter en chacun le Chemin initiatique qui a du"Coeur" et nous permettre de nous mettre à leur diapason, si cela nous correspond...

Partir, quitter son cadre habituel, s'émanciper, se dépayser sous d'autres cieux, vivre "l'imprévu imprévisible", goûter ainsi une petite partie de cette Liberté enfouie en chaque être humain et trouver des réponses à sa quête d'absolu... C'est ce que je fis en ce mois de février 2001, début du troisième millénaire, pour une aventure puissante, boulversante, incroyable, malgré moi - ou au contraire bien en accord avec mon moi profond - en atterrissant en Inde en pleine fête religieuse de la Kumbhamelâ!
La Kumbhamelâ rassemble tous les 12 ans des millions de pèlerins (70 millions cette année là!) venus de tout le pays, les Sadhus descendus de l'Himalaya, au point de confluence de deux fleuves, le Gange et la Yamunâ, avec la rivière virtuelle Sarasvatî, là où, dit-on, une Goutte d'Immortalité est tombée pendant la lutte mythique des Dieux et des Démons pour la suprématie du ciel.

 La captation exotique et émancipatrice, pour décantation et vibration avec l'âme, par le courant religieux émanant d'un lieu chargé: Bénarès!

           IMG_1775   IMG_1776   IMG_1774

Bénarès de son nom hindou Varanasi, ville sainte, capitale religieuse de l'Hindouisme, lieu béni où il faut mourir pour mieux renaître, véritable athanor de ma transformation!
Me voici à nouveau captive à l'évocation des sensations vécues et partagées avec cette ville, la vieille ville surtout,où tout semble figé dans une décadence patinée par la splendeur passée des palais, des temples, des forteresses, qui s'effritent petit à petit. Qu'importe! la magie est là... Les odeurs fortes, vivaces, d'épices, de nourritures, de détritus, où se mêlent l'encens,, les parfums musc et patchouli, fleurs fraîches cueillies chaque jour pour honorer les Divinités. Les chants des dévots, la musique et les danses des officiants et des porteurs de flambeaux lors des cérémonies religieuses... 

       IMG_1785       IMG_1789

                "OM NAYAM SHIVA OM" retentit jour et nuit lancinant, envoûtant.
Varanasi ville du Dieu Shivacréateur et destructeur de toutes choses, celui qui danse la Vie, la Lilâ, symbole du Lingam, le phallus sacré, ne s'endort jamais!
Le Génie du lieu, à mon insu, me prend dans ses filets... Il façonne mon âme au rythme de l'âme de la ville. Ses appâts sont la foule grouillante avec les couleurs éclatantes des saris des femmes, avec la foi qui habite les yeux noirs enflammés des hommes lorsque le bétel mâché à longueur de journée commence à faire de l'effet, avec la curiosité de tous pour l'occidentale que je suis.

                          IMG_1800

On m'appelle, on m'interpelle "Catherine Deneuve" pour m'offrir du thé-tchaï, m'entraîner dans les boutiques de soie où sont déroulés devant moi des tissus chatoyants, évocateurs des "Mille et Une Nuits", pour connaître mon karma, ma vie, mon Dieu, me prendre en photo, me toucher le pubis dans les rues si étroites qu'on ne peut se croiser de front, laissant les vaches maîtresses du terrain. Les Sâdhus me lancent des clins d'oeuil pour m'attirer et m'enseignier, le long des gâths et les enfants m'entourent pour me vendre toutes sortes de choses. Un dicton d'ici dit: "Méfie toi à Varanasi sur les gâths des veuves, des taureaux, des sâdhus!"

                 IMG_0871      

Ah les gâths, ces immenses escaliers de pierre qui descendent au gange: gâth des cérémonies religieuses, les pujas, gâth des lessives où sèchent les tissus barriolés d'arc en ciel, gâth des bains et des ablutions pour se purifier dans l'eau d'un fleuve où au loin passent des cadavres humains ou d'animaux, gâth où les taureaux viennent boire, soufflant et mugissant, le mufle couvert d'écume, gâth des crémations où les feux crépitent nuit et jour et explosent les corps des bûchers...

      IMG_1784  IMG_1781  IMG_1780 

            IMG_1798  IMG_1799 

Et moi, pauvre petite chose, je me perds avec effroi et délice dans ce spectacle. Je crois déjouer les pièges de la cité ancestrale, alors que je succombe, anéantie; mes certitudes volent en éclats, ça passe ou ça casse! Ouverte à tous mes sens je me goinfre d'images, de sons, d'odeurs, d'émotions, touchée dans mon for-intérieur, l'âme aux abois, amoureuse.
Barattée, lessivée, vierge de certitudes, je deviens le couché du soleil sur le Gange, le vol des aigles dans la lumière du soleil levant, la brume du fleuve, le cri des singes voleurs qui sont partout et je me désagrège por me fondre dans l'essence de l'esprit du lieu, de ses divinités, de sa Divinité... SHIVA!

                        IMG_1782    IMG_1801       


Et Shiva vient à moi en chair et en os...
Ici, c'est l'époque des mariages; les invitations sont nombreuses!
                                   Quel mariage pour moi?

                       IMG_1778     

A suivre...